ALSACE FOOT (02.12.09) : L’AS Strasbourg, le doyen des clubs alsaciens, prépare les festivités de son 120e anniversaire en 2010 et plus généralement son avenir. Le club strasbourgeois veut retrouver une vraie notoriété :

8 décembre 2009 - 20:22

L’AS Strasbourg, le doyen des clubs alsaciens, prépare les festivités de son 120e anniversaire en 2010 et plus généralement son avenir. Le club strasbourgeois veut retrouver une vraie notoriété

Depuis une dizaine d’années, l’ASS a quitté le giron de l’élite alsacienne du football. Le plus ancien club de la région qui a vécu tant de belles heures est en proie à de vraies difficultés tant sportives que structurelles ou financières. Voilà désormais l’ASS qui aurait pu, à l’aube des années trente prendre le chemin du football pro, se débattre en D1 départementale. Depuis son déménagement sur le site de la « Rotonde » en décembre 2005, l’ASS est aussi à la recherche de son identité passée. Le club
« bourgeois » du centre ville est devenu un club de quartier qui accueille de nombreux enfants. « Nous le savions à l’époque et les dirigeants d’alors étaient prévenus et ils étaient prêts à l’assumer », explique Gilbert Bald, le président général de l’ASS omnisport et responsable, à défaut de président actuellement (un président est pressenti pour le printemps prochain), de la section foot du club.

Déclic un samedi matin

« Notre problème était récurrent depuis de longues années avec une hémorragie importante chaque saison depuis dix ans où nous perdions chaque fois une centaine de joueurs. Pour la première fois, ce n’a pas été le cas la saison dernière ». Et on voit apparaître quelques frémissements de renouveau avec des équipes de jeunes qui figurent en bonne position, à l’image des U15, actuellement parmi les meilleurs de l’Excellence bas-rhinoise. L’autre signe positif est le fait que le club évolue désormais avec le même maillot, quelle que soit l’équipe, des débutants aux vétérans. Un fameux maillot blanc cerclé de rouge comme celui des pionniers d’avant la première guerre mondiale. Cette opération est le fruit d’un accord avec Puma qui a fabriqué le maillot du club strasbourgeois. « Tout est arrivé un samedi matin. J’étais au club comme souvent et un groupe de joueurs m’a demandé s’ils pouvaient jouer sur le terrain. Je leur ai dit oui dans la mesure où la demande avait été faite de façon très courtoise », raconte Gilbert Bald. « A la fin de leur match, quelqu’un est venu me voir pour me remercier. Il s’est présenté en disant qu’il était Olivier Lorans, le patron de Puma France. On est allé boire un café et ça a duré deux heures au cours desquelles je lui ai raconté l’histoire du club ». Depuis, Olivier Lorans s’est engagé à l’ASS dont il fait partie du bureau de la section foot et la célèbre marque a suivi pour apporter le dynamisme nécessaire à un vrai redémarrage du club. « Puma ne nous amène pas d’argent directement, mais nous ouvre des portes. C’est difficile au niveau auquel nous sommes. Pour l’instant, ils sont engagés avec nous jusqu’en 2012 et si nous sommes en Excellence d’ici là, le partenariat continuera », poursuit Gilbert Bald.

2010, année exceptionnelle

Le président général du club se focalise surtout sur 2010, l’année du 120e anniversaire du club qui sera fête dignement. « On veut organiser deux grandes manifestations au niveau de la section foot. Deux temps forts qui doivent constituer un lien entre le club d’hier et celui de demain ». Le 2 et 4 avril, le traditionnel tournoi de Pâques de l’ASS réunira 48 équipes allemandes et 48 équipes françaises. L’objectif est de retrouver l’esprit de Walther Bensemann, l’un des fondateurs du club et personnage très important des débuts du football allemand. Il a fait partie des fondateurs de plusieurs clubs dont les Stuttgarter Kickers ou le Bayern de Munich « Peu de gens le savent, mais le premier match de l’histoire entre un club allemand et un club français est celui que l’ASS a joué contre le Racing Club de France à la fin du 19e siècle. A cette période, l’ASS était un très grand club et ce serait bien que nos jeunes licenciés d’aujourd’hui en prennent conscience. Nous allons monter une exposition avec des documents originaux, des photos. Nous avons aussi des coupes qui sont plus belles que celles qui figurent dans les vitrines du Real de Madrid et on compte bien les sortir l’année prochaine pour l’occasion ». Outre Walther Bensemann, l’ASS abritait aussi en son sein les frères Schricker, Erwin et Ivo. Si le premier est décédé sur le front en 1914, l’autre fut secrétaire général de l’UEFA de 1932 à 1951. C’est lui qui fut à l’origine du
« tournoi Bensemann », lancé en 1937, quelques années après sa mort. Ce tournoi, qui réunissait des équipes juniors, a un palmarès remarquable avec des équipes comme Manchester, la Juventus de Turin ou Bologne. La dernière édition s’est déroulée à Bâle en 1991.

« Puma’s Cup » en mai

« On veut recréer l’esprit de ce tournoi de prestige en nous appuyant sur le réseau de Puma », explique encore Gilbert Bald. L’événement devrait s’appeler la « Puma’s Cup » et avoir lieu lors du week-end de Pentecôte 2010. « On souhaite y associer huit équipes allemandes et huit équipes françaises de U15 et U19. Il s’agira de clubs partenaires de Puma. On espère notamment Stuttgart, Hoffenheim et le Stade Rennais ». Et Sébastien Chabal, le célèbre rugbyman français pourrait bien être l’invité d’honneur du tournoi. Une opération de prestige qui confirme le virage important pris par le club strasbourgeois.

Il s’agit désormais de confirmer et de vérifier un adage célèbre selon lequel « les plus grands ne meurent jamais ».

Stéphane Heili

Commentaires